L'individualité de l'âme après la mort.

La Vie après la vie ?

Modérateur : Docsavage

Avatar de l’utilisateur
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 317
Inscription : dim. 14 août 2011 16:07
x 4
x 13
Contact :

Message non lu sam. 20 août 2011 00:36

Ceux qui pensent qu'à la mort l'âme rentre dans le tout universel sont dans l'erreur s'ils entendent par là que, semblable à une goutte d'eau qui tombe dans l'Océan, elle y perd son individualité. Ils sont dans le vrai s'ils entendent par le tout universel, l'ensemble des êtres incorporels dont chaque âme ou Esprit est un élément.
Si les âmes étaient confondues dans la masse, elles n'auraient que des qualités de l'ensemble, et rien ne les distinguerait les unes des autres : elles n'auraient ni intelligence, ni qualités propres ; tandis que, dans toutes les communications, elles accusent la conscience du moi et une volonté distincte. La diversité infinie qu'elles présentent sous tous les rapports est la conséquence même des individualités. S'il n'y avait, après la mort que ce qu'on appelle le grand Tout absorbant toutes les individualités, ce Tout serait uniforme, et dès lors toutes les communications que l'on recevrait du monde invisible seraient identiques. Puisqu'on y rencontre des êtres bons, d'autres mauvais, des savants et des ignorants, des heureux et des malheureux ; qu'il y en a de tous les caractères : de gais et de tristes, de légers et de profonds, etc., c'est évidemment que ce sont des êtres distincts. L'individualité devient plus évidente encore quand ces êtres prouvent leur identité par des signes incontestables, des détails personnels relatifs à leur vie terrestre et que l'on peut constater. Elle ne peut être mise en doute quand ils se manifestent à la vue dans les apparitions. L'individualité de l'âme nous était enseignée, en théorie, comme un article de foi, le spiritisme la rend patente, et en quelque sorte matérielle.

Le livre des Esprits, Allan Kardec
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire