Reconnaître l'obsession

Une vision différente de l'existence

Modérateur : Docsavage

Avatar de l’utilisateur
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 317
Inscription : dim. 14 août 2011 16:07
x 4
x 13
Contact :

Message non lu ven. 19 août 2011 15:57

L'obsession est un des plus grands écueils de la médiumnité. C'est aussi un des plus fréquents ; aussi ne saurait-on apporter trop de soins à la combattre, car, outre les inconvénients personnels qui peuvent en résulter, c'est un obstacle absolu à la bonté et à la véracité des communications. L'obsession, à quelque degré qu'elle soit, étant toujours l'effet d'une contrainte, et cette contrainte ne pouvant jamais être exercée par un bon Esprit, il en résulte que toute communication donnée par un médium obsédé est d'origine suspecte et ne mérite aucune confiance. Si, parfois, il s'y trouve du bon, il faut le prendre et rejeter tout ce qui est simplement douteux.

On reconnaît l'obsession aux caractères suivants :
1. Persistance d'un Esprit à se communiquer bon gré mal gré, par l'écriture, l'audition, la voyance, etc., en s'opposant à ce que d'autres Esprits puissent le faire.
2. Illusion qui, nonobstant l'intelligence du médium, l'empêche de reconnaître la fausseté et le ridicule des communications qu'il reçoit.
3. Croyance à l'infaillibilité et à l'identité absolue des Esprits qui se communiquent, et qui, sous des noms respectables et vénérés, disent des choses fausses ou absurdes.
4. Confiance du médium dans les éloges que lui donnent les Esprits qui se communiquent à lui.
5. Disposition à s'éloigner des personnes qui peuvent donner d'utiles avis.
6. Refus d’accepter les critiques au sujet des communications que l'on reçoit.
7. Besoin incessant et inopportun d'écrire.
8. Contrainte physique quelconque dominant la volonté, et forçant d'agir ou de parler malgré soi.
9. Bruits et bouleversements persistants, autour de soi, et dont on est la cause ou l'objet.
En présence du danger de l'obsession, on se demande si ce n'est pas une chose fâcheuse d'être médium ; n'est-ce pas cette faculté qui la provoque ; en un mot, n'est-ce pas là une preuve de l'inconvénient des communications spirites ? La réponse est facile, et convient de la méditer avec soin.

Ce ne sont ni les médiums ni les spirites qui ont créé les Esprits, mais bien les Esprits qui ont fait qu'il y a des spirites et des médiums. Les Esprits n'étant que les âmes des hommes, il y a donc des Esprits depuis qu'il y a des hommes, et par conséquent ils ont de tout temps exercé leur influence salutaire ou pernicieuse sur l'humanité. La faculté médiumnique n'est pour eux qu'un moyen de se manifester. A défaut de cette faculté, ils le font de mille autres manières plus ou moins occultes. Ce serait donc une erreur de croire que les Esprits n'exercent leur influence que par des communications écrites ou verbales. Cette influence est de tous les instants, et ceux qui ne s'occupent pas des Esprits, ou même n'y croient pas, y sont exposés comme les autres, et même plus que les autres parce qu'ils n'ont pas de contrepoids. La médiumnité est pour l'Esprit un moyen de se faire connaître ; s'il est mauvais, il se trahit toujours, quelque hypocrite qu'il soit ; on peut donc dire que la médiumnité permet de voir son ennemi face à face, si l'on peut s'exprimer ainsi, et de le combattre avec ses propres armes. Sans cette faculté, il agit dans l'ombre, et, à la faveur de son invisibilité, il peut faire et il fait en réalité beaucoup de mal. A combien d'actes n'est-on pas poussé pour son malheur, et que l'on eût évités si l'on avait eu un moyen de s'éclairer ! Les incrédules ne croient pas dire si vrai quand ils disent d'un homme qui se fourvoie avec obstination : "C'est son mauvais génie qui le pousse à sa perte". Ainsi la connaissance du spiritisme, loin de donner de l'empire aux mauvais Esprits, doit avoir pour résultat, dans un temps plus ou moins prochain, et quand elle sera propagée, de détruire cet empire en donnant à chacun les moyens de se mettre en garde contre leurs suggestions, et celui qui succombera ne pourra s'en prendre qu'à lui-même…

Le livre des Esprits, Allan Kardec
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire