LE SENTIMENT EST LE SECRET

Traduction intégrale en français

Articles et traductions

Modérateur : Docsavage

Répondre
Avatar du membre
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 338
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:07
10
Total: 5
Total: 26

Message non lu

Avant propos

Ce livre concerne l’art de réaliser vos désirs. Il vous détaille le mécanisme mis en oeuvre pour créer tout ce qui compose le monde visible. C’est un petit livre mais son intérêt est inversement proportionnel à sa taille. Il contient un trésor, un chemin clairement défini pour la réalisation de vos rêves.

S’il était possible de convaincre autrui à l’aide d’arguments raisonnés et d’exemples détaillés, ce livre ferait plusieurs fois sa taille actuelle. Cependant, il est rarement possible de le faire au moyen de déclarations ou d’arguments écrits, car il semble toujours plausible de dire que l’auteur est malhonnête et que, par conséquent, son témoignage est entaché de tromperie. En conséquence, j’ai volontairement omis tous les arguments, tous les témoignages et simplement défié le lecteur ouvert d’esprit, de pratiquer la loi de la conscience révélée dans ce livre.
Le succès personnel sera beaucoup plus convaincant que tous les livres qui pourraient être écrits sur le sujet.

 NEVILLE



Chapitre I – La loi et son fonctionnement

Le monde, et tout ce qu’il contient, est le résultat de la conscience modelée par l’homme devenue réalité. La conscience est la Cause aussi bien que la substance du monde entier.

C’est donc vers la conscience que nous devons nous tourner si nous voulons découvrir le secret de la création.

La connaissance de la loi de la conscience et de son mode de fonctionnement vous permettra de réaliser tout ce que vous désirez dans la vie.

Armés d’une connaissance pratique de cette loi, vous pouvez construire et maintenir votre idéal.

La conscience est la seule et unique réalité, non pas au sens figuré mais objectivement. Pour plus de clarté, cette réalité peut être assimilée à un courant divisé en deux parties, le conscient et le subconscient. Pour opérer intelligemment avec la loi de la conscience, il est nécessaire de comprendre la relation entre le conscient et le subconscient.

La conscience est personnelle et sélective; le subconscient est impersonnel et non sélectif. Le conscient est le royaume de l’effet; le subconscient est le royaume de la cause. Les deux aspects de cette division de la conscience sont l’émission et la réception. Le conscient est émissif; le subconscient est réceptif.

Le conscient génère des idées qu’il imprime sur le subconscient; le subconscient reçoit des idées et leur donne forme et expression.

Par cette loi – concevoir une idée d’abord, puis imprimer l’idée conçue sur le subconscient – toutes les choses sortent de la conscience; et sans cette séquence, il n’y a rien qui soit réalisé.

Le conscient imprime le subconscient, tandis que le subconscient exprime tout ce qui lui est imprimé.

Le subconscient n’est pas à l’origine de vos idées, mais il accepte toutes celles que votre esprit conscient estime comme vraies et, d’une manière connue de lui seul, les manifeste dans votre vie.

Par conséquent, grâce à son pouvoir d’imagination et de ressenti et à sa liberté de choisir l’idée qu’il va entretenir, l’homme a le contrôle de ses créations. Le contrôle du subconscient se fait par le contrôle de vos idées et de vos sentiments.

Le mécanisme de la création est caché au plus profond de l’inconscient, de son aspect réceptif.

Le subconscient transcende la raison, il est indépendant de la pensée inductive. Il considère un sentiment comme un fait existant en lui-même et procède de ce fait pour l’exprimer dans la réalité. Le processus de création commence par une idée et son cycle suit son cours d’abord en tant que sentiment et se termine par une volonté d’agir.

Les idées sont imprimées sur le subconscient par le biais des ressentis.

Aucune idée ne peut être imprimée sur le subconscient tant qu’elle n’est pas ressentie, mais une fois ressentie – qu’elle soit bonne, mauvaise ou indifférente – elle doit être exprimée. [réalisée dans votre vie]

Le sentiment est le seul et unique moyen par lequel les idées sont transmises au subconscient.

Par conséquent, l’homme qui ne contrôle pas ses sentiments peut facilement impressionner le subconscient avec des états indésirables. Par contrôle du sentiment, il ne s’agit pas de le restreindre ou de l’éliminer, mais plutôt de se discipliner pour n’imaginer et n’entretenir que les sentiments qui contribuent à votre bonheur.

Le contrôle de vos sentiments est essentiel à une vie riche et heureuse.

N’entretenez jamais de sentiments indésirables et n’ayez aucune sympathie pour les pensées négatives sous quelque forme que ce soit. Ne vous attardez pas sur votre imperfection ou celle des autres. Faire ainsi, serait impressionner votre subconscient de toutes sortes de limitations. Ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse, ne le ressentez pas pour vous-même ni pour un autre. C’est toute la loi d’une vie pleine et heureuse. Tout le reste n’est que commentaire.

Chaque sentiment fait une impression subconsciente et, à moins d’être contrecarré par un sentiment plus puissant de nature opposée, il doit être exprimé.[se concrétiser dans votre vie]

La dominante de deux sentiments est celle qui est exprimée. “Je suis en bonne santé” produit un sentiment plus fort que “je serai en bonne santé”. Ressentir “je serai”, c’est confesser que “je ne le suis pas”; Dans ce cas, “je suis” est plus puissant que “je serais”.

Ce que vous ressentez comme étant vous-même domine toujours ce que vous aimeriez être; par conséquent, pour être réalisé, un souhait doit être ressenti comme un état actuel plutôt qu’un état recherché.

La sensation précède la manifestation et constitue le fondement sur lequel repose toute manifestation. Faites attention à vos humeurs et à vos sentiments, car il existe un lien ininterrompu entre eux et votre vie telle que vous la vivez. Votre corps est un filtre émotionnel et porte les marques indubitables de vos émotions dominantes. Les perturbations émotionnelles, en particulier les émotions réprimées, sont les causes de toutes les maladies. Ressentir intensément un malaise sans l’exprimer est le début de la maladie – ou perturbation qui se manifeste à la fois dans le corps et dans votre environnement. Ne ressentez pas le sentiment du regret, de l’échec, de la frustration ou du détachement de votre objectif – ce qui se traduirait par la maladie.

Pensez uniquement à l’état d’être que vous souhaitez voir se réaliser. Ressentir la réalité de l’état recherché, vivre et agir conformément à cette conviction est la voie de tous les miracles apparents. Tous les changements d’expression sont provoqués par un changement de sentiment. Un changement de sentiment est un changement de destin. Toute création se produit dans le domaine du subconscient. Ce que vous devez acquérir, alors, est un contrôle réfléchi du fonctionnement de votre subconscient, c’est-à-dire un contrôle de vos idées et de vos sentiments.

Le hasard ou l’accident n’est pas responsable de ce qui vous arrive, pas plus que le destin prédestiné n’est l’auteur de votre fortune ou de votre malheur. Vos impressions subconscientes déterminent les conditions de votre vie. Le subconscient n’est pas sélectif; il est impersonnel et ne fait pas acception de personnes. Le subconscient n’est pas concerné par la vérité ou la fausseté de la nature de vos sentiments. Il accepte toujours comme vrai ce que vous ressentez être vrai. Le sentiment est l’assentiment du subconscient à accepter de ce qui est déclaré vrai. En raison de cette qualité du subconscient, il n’y a rien d’impossible à l’homme. Quoi que l’esprit de l’homme puisse concevoir et ressentir comme tel, le subconscient peut et doit le concrétiser. Vos sentiments créent le modèle à partir duquel votre monde est façonné, et un changement de sentiment est un changement de modèle.

Le subconscient ne manque jamais d’exprimer ce qui lui a été imprimé.

Au moment où il reçoit une impression, il commence à élaborer les moyens de son expression. Il accepte le sentiment qui lui est imprimé, votre sentiment, en tant que fait existant en lui-même et entreprend immédiatement de produire dans le monde extérieur [votre vie], la ressemblance exacte de ce qui a provoqué votre sentiment.

Le subconscient ne modifie jamais les croyances acceptées de l’homme. Il les dépeint dans les moindres détails, qu’elles soient bénéfiques ou non.

Pour impressionner le subconscient avec l’état désiré, vous devez assumer le sentiment que vous auriez si vous aviez déjà réalisé votre souhait. En définissant votre objectif, vous devez vous préoccuper uniquement de l’objectif lui-même. Le mode d’expression ou les difficultés en jeu ne doivent pas être pris en compte. Penser à un État avec émotion l’impressionne dans le subconscient. Par conséquent, si vous insistez sur les difficultés, les obstacles ou les retards, le subconscient, de par sa nature même non sélective, acceptera le sentiment de difficultés et d’obstacles comme votre demande et procédera à sa création dans votre vie.

Le subconscient est la matrice de la création. Il reçoit l’idée à travers les sentiments de l’homme. Il ne change jamais l’idée reçue, mais lui donne toujours forme. D’où le fait que le subconscient surpasse l’idée dans l’image et la ressemblance du sentiment reçu. Sentir un état comme désespéré ou impossible revient à impressionner le subconscient avec l’idée d’échec.

Bien que le subconscient serve fidèlement l’homme, il ne faut pas en déduire que la relation est celle d’un serviteur avec son maître tel que cela avait été conçu jadis. Les anciens prophètes l’appelaient l’esclave et le serviteur de l’homme. Le subconscient sert l’homme et donne fidèlement forme à ses sentiments. Cependant, le subconscient a une aversion distincte pour la contrainte et répond à la persuasion plutôt qu’au commandement; par conséquent, il ressemble plus à l’épouse bien-aimée qu’au serviteur.

L’aspect conscient (objectif) ou émetteur est véritablement la tête et domine l’aspect subconscient (subjectif) ou réceptif.

Cependant, ce leadership n’est pas celui du tyran, mais de celui qui aime.

Ainsi, en supposant que vous ayez le sentiment que vous êtes déjà en possession de ce que vous recherchez, le subconscient sera amené à construire la ressemblance exacte de votre croyance.

Vos désirs ne seront pas acceptés inconsciemment tant que vous n’assumerez pas le sentiment de leur réalité, car ce n’est que par le ressenti qu’une idée est acceptée inconsciemment et ce n’est que par cette acceptation subconsciente qu’elle est exprimée.

Il est plus facile d’attribuer vos sentiments aux événements extérieurs que d’admettre que les conditions extérieures reflètent votre sentiment. Cependant, il est éternellement vrai que l’extérieur ressemble à l’intérieur.

“Un homme ne peut rien recevoir s’il ne lui est pas donné du ciel” [Jean 3:27] et “Le royaume des cieux est en vous” [Luc 17:21]. Rien ne vient de l’extérieur; tout vient de l’intérieur – du subconscient.

Il vous est impossible de voir autre chose que le contenu de votre conscience. Votre vie dans ses moindres détails est le produit de votre conscience objectivée. Les états objectifs témoignent d’impressions subconscientes. Un changement d’impression entraîne un changement d’expression.

Le subconscient accepte comme vrai ce que vous ressentez comme tel, et parce que la création est le résultat d’impressions subconscientes, vous déterminez vos créations par votre ressenti.

Vous êtes déjà ce que vous voulez être et votre refus de le croire est la seule raison pour laquelle vous ne le voyez pas.

Rechercher à l’extérieur ce qu’on ne ressent pas intérieurement, c’est chercher en vain, car nous ne trouvons alors jamais ce que nous voulons; nous ne trouvons que ce que nous sommes.

En bref, vous exprimez et n’avez que ce que vous êtes conscient d’être ou de posséder. Nier l’évidence des sens et s’approprier le sentiment du désir réalisé est le moyen de parvenir à votre objectif.

La maîtrise de vos pensées et de vos sentiments est votre plus grande réalisation.

Cependant, jusqu’à ce que vous obteniez une parfaite maîtrise de soi, de sorte que, malgré les apparences, vous ressentiez tout ce que vous souhaitiez ressentir, utilisez le sommeil et la prière pour vous aider à réaliser vos désirs.
Ce sont les deux portes d’entrée dans le subconscient.





Chapitre II – Le sommeil


Le sommeil, qui occupe un tiers de notre vie lors de notre séjour sur terre, est la porte naturelle de l’inconscient.
C’est donc par le sommeil que nous sommes maintenant concernés. Les deux tiers conscients de notre vie sur Terre se mesurent au degré d’attention que nous accordons au sommeil. Notre compréhension de ce que le sommeil doit accorder et notre plaisir à dormir nous inciteront, nuit après nuit, à un départ comme si nous avions rendez-vous avec un être aimé.

C’est dans le sommeil et dans la prière, état apparenté, que l’homme entre dans le subconscient pour faire ses impressions et recevoir ses instructions. Dans ces états, le conscient et le subconscient sont unis de manière créative. Le sommeil est le moment où l’esprit conscient se détourne du monde des sens pour rechercher son moi subconscient.

Le subconscient – contrairement à la femme du monde qui épouse son mari pour le changer – n’a aucun désir de changer l’état conscient de veille, mais l’aime tel qu’il est et reproduit fidèlement sa ressemblance dans le monde extérieur de la forme.[dans votre vie]

Les conditions et les événements de votre vie sont vos créations formées à partir des moules de vos impressions subconscientes dans le sommeil. Ils sont créés à l’image et à la ressemblance de votre sentiment le plus profond de pouvoir vous révéler à vous-même.

Tout ce que vous avez dans votre conscience lorsque vous vous endormez est la mesure de votre expression au cours des deux tiers de votre vie sur Terre.

Rien ne vous empêche de réaliser votre objectif, sauf votre incapacité à sentir que vous êtes déjà ce que vous souhaitez être ou que vous êtes déjà en possession de ce que vous recherchez. Votre subconscient ne réalisera vos désirs que lorsque vous sentirez que votre souhait est exaucé.

L’inconscience du sommeil est l’état normal du subconscient. Parce que tout vient de l’intérieur de vous-même et que votre conception de vous-même détermine ce qui vient, vous devriez toujours ressentir le désir exaucé avant de vous endormir.

Vous ne puisez jamais au plus profond de vous-même ce que vous voulez; vous le faites toujours à partir de qui vous êtes et vous êtes ce que vous vous sentez être, aussi bien que ce que vous ressentez comme étant vrai venant des autres.

Pour être réalisé, le souhait doit donc être résolu en un sentiment d’être ou d’avoir ou d’être témoin de l’état recherché. Ceci est accompli en assumant le sentiment du souhait réalisé. Le sentiment qui vient en réponse à la question “Comment me sentirais-je si mon souhait se réalisait?” est le sentiment qui devrait monopoliser et focaliser votre attention pendant que vous vous détendez pour dormir. Vous devez être dans la conscience d’être ou d’avoir ce que vous voulez être ou avoir avant de vous endormir.

Une fois endormi, l’homme n’a plus aucune liberté de choix. Tout son sommeil est dominé par son dernier concept de lui-même éveillé.

Il s’ensuit donc qu’il devrait toujours assumer le sentiment d’accomplissement et de satisfaction avant de se retirer pour dormir. Votre humeur avant de dormir définit votre état de conscience lorsque vous entrez en présence de votre amoureux éternel, le subconscient.

Il vous voit exactement comme vous vous sentez. Si, en préparant votre sommeil, vous assumez et maintenez la conscience de réussir en sentant que vous réussissez effectivement, vous devez réussir. Allongez-vous sur le dos avec la tête à la hauteur de votre corps. Sentez-vous comme si vous étiez en possession de votre souhait et détendez-vous tranquillement dans l’inconscience.

Le subconscient ne dort jamais. Le sommeil est la porte par laquelle l’esprit conscient et éveillé passe pour se joindre de manière créative au subconscient.

Le sommeil dissimule l’acte créateur, tandis que le monde objectif le révèle.

Dans le sommeil, l’homme impressionne le subconscient par sa conception de lui-même.

En vous préparant à dormir, vous vous sentez dans l’état du souhait exaucé, puis vous vous détendez dans une perte de conscience.

Nuit après nuit, vous devez assumer le sentiment d’être, d’avoir ou d’être témoin de ce que vous cherchez à être, posséder ou voir se manifester. Ne vous endormez jamais en vous sentant découragé ou insatisfait. Ne vous endormez jamais dans la conscience de l’échec.

Votre subconscient, dont l’état naturel est le sommeil, vous voit tel que vous vous croyez être et que cela soit bon, mauvais ou indifférent, le subconscient fera s’incarner fidèlement votre croyance.

Ne tenez pas compte des apparences et estimez que les choses sont comme vous le souhaitez, car “il appelle des choses invisibles comme si elles étaient visible, et l’invisible apparaît” [Approx., Romains 4:17]. Assumer le sentiment de satisfaction, c’est appeler des conditions qui refléteront la satisfaction.

“Les signes suivent, ils ne précèdent pas”.

La preuve de ce que vous êtes suivra la conscience de ce que vous êtes; cela ne le précédera pas.

Vous êtes un rêveur éternel qui rêvez des rêves non éternels. Vos rêves prennent forme lorsque vous assumez le sentiment de leur réalité.

Ne vous limitez pas par les choses du passé.

Sachant que rien n’est impossible à la conscience, commencez à imaginer des états au-delà des expériences du passé.

Tout ce que l’esprit de l’homme peut imaginer, l’homme peut s’en rendre compte. Tous les états objectifs (visibles) étaient d’abord des états subjectifs (invisibles), et vous les avez appelés au visible en assumant le sentiment de leur réalité.

Le processus de création consiste d’abord à imaginer, puis à croire l’état imaginé. Imaginez toujours et attendez le meilleur.

Le monde ne peut pas changer tant que vous n’en modifiez pas votre conception.

Les nations, ainsi que les peuples, ne sont que ce que vous croyez qu’ils sont. Quel que soit le problème, peu importe où il se trouve, peu importe qui il concerne, vous n’avez personne à changer, mais juste vous-même, et vous n’avez ni adversaire ni aide pour provoquer le changement en vous-même. Vous n’avez rien d’autre à faire que de vous convaincre de la vérité de ce que vous désirez voir se manifester.

Dès que vous parvenez à vous convaincre de la réalité de l’état recherché, vous obtiendrez des résultats confirmant votre conviction. Vous ne suggérez jamais à un autre l’état que vous désirez le voir exprimer; au lieu de cela, vous vous persuadez qu’il est déjà ce que vous désirez qu’il soit.

La réalisation de votre souhait s’accomplit en assumant le sentiment du souhait réalisé. Vous ne pouvez pas échouer à moins de ne pas vous convaincre de la réalité de votre souhait. Un changement de conviction est confirmé par un changement d’expression.

Chaque nuit, en vous endormant, sentez-vous satisfait et comblé, car votre inconscient forme toujours le monde objectif à l’image et à la ressemblance de votre conception de celui-ci, la conception définie par votre ressenti.

Les deux tiers de votre vie sur terre, corrigés ou corroborés, témoignent de vos impressions subconscientes. Les actions et événements de la journée sont des effets; ils ne sont pas des causes. Le libre arbitre n’est que la liberté de choisir.

Vous avez la liberté de choisir le genre d’humeur que vous assumez; mais l’expression de l’humeur est le secret du subconscient.

Le subconscient reçoit des impressions uniquement à travers les sentiments et d’une manière connue de lui seul, il donne à ces impressions une forme et une expression.

Les actions de l’homme sont déterminées par ses impressions subconscientes.

Son illusion de libre arbitre, sa conviction en la liberté d’action, n’est que l’ignorance des causes qui le font agir. Il se croit libre parce qu’il a oublié le lien qui le lie à l’événement.

L’homme éveillé est obligé d’exprimer ses impressions subconscientes. Si, par le passé, il s’impressionnait imprudemment, laissez-le commencer à changer de pensée et de sentiment, car c’est seulement ainsi qu’il changera son monde. Ne perdez pas un moment dans le regret, car penser aux erreurs du passé, c’est se réinfecter. “Laissez les morts enterrer les morts” [Matthieu 8:22; Luc 9:60]. Détournez-vous des apparences et supposez que vous ayez le sentiment d’être déjà celui que vous souhaitez être.

Ressentir un état produit cet état.

Le rôle que vous jouez sur la scène de la vie est déterminé par votre conception de vous-même.

En sentant votre souhait exaucé et en vous relaxant dans le sommeil, vous êtes une star dont le rôle va pouvoir être joué sur la scène de la vie demain et, pendant votre sommeil, vous répétez et vous vous instruisez.

L’acceptation du résultat produira automatiquement le moyen de sa réalisation. Ne faites pas d’erreurs à propos de ça. Si, en vous préparant à dormir, vous ne vous sentez pas consciemment dans l’état du souhait exaucé, vous emmènerez avec vous la totalité des réactions et des sentiments du jour éveillé; et pendant que vous dormez, vous apprendrez comment ils seront exprimés le lendemain. Vous vous lèverez en pensant que vous êtes un individu libre, sans vous rendre compte que chaque action et événement du jour est prédéterminé par votre concept de soi lorsque vous vous êtes endormi. Votre seule liberté, alors, sera votre liberté de réaction. Vous serez libre de choisir comment vous vous sentirez et réagirez au cours de la journée, mais son cours – les actions, les événements et les circonstances de la journée – aura déjà été déterminé.

À moins que vous définissiez consciemment et à dessein l’attitude mentale avec laquelle vous vous endormez, vous vous endormez inconsciemment dans une attitude composée de tous les sentiments et de toutes les réactions de la journée. Chaque réaction fait une impression subconsciente et, à moins d’être contrecarrée par un sentiment opposé et dominant, elle sera la cause de l’action future.

Les idées enveloppées dans le sentiment sont des actions créatives. Utilisez votre droit divin à bon escient. Par votre capacité à penser et à ressentir, vous dominez toute la création.

Pendant que vous êtes éveillé, vous êtes un jardinier qui sélectionne des semences pour son jardin. Votre conception de vous-même lorsque vous vous endormez est la graine que vous déposez dans le sol du subconscient. Se coucher en se sentant satisfait et heureux oblige des conditions et des événements à apparaître dans votre monde [votre vie] qui confirmeront ces attitudes.

Le sommeil est la porte du ciel. Ce que vous ressentez en tant que sentiment est une condition, une action ou un objet dans l’espace. Alors endormez-vous avec le sentiment du souhait réalisé.




Chapitre III - La prière



La prière est aussi, comme le sommeil, une entrée dans le subconscient.
“Quand tu pries, entre dans ton refuge, et quand tu auras fermé ta porte, prie ton Père qui est dans le secret et il te récompensera ouvertement” [Matthieu 6: 6].

La prière est une illusion de sommeil qui diminue l’impression du monde extérieur et rend l’esprit plus réceptif aux suggestions de l’intérieur. Dans la prière, l’esprit est dans un état de relaxation et de réceptivité semblable à celui que l’on éprouve juste avant de s’endormir.

La prière n’est pas en lui-même un acte pour demander quelque chose, mais plutôt la façon dont vous vous préparez à le recevoir. “Tout ce que vous désirez, quand vous priez, croyez que vous l’avez reçu et vous l’aurez” [Marc 11:24].

La seule condition requise est que vous croyiez que vos prières se sont déjà réalisées.

Votre prière doit être exaucée si vous assumez le sentiment que vous êtes déjà en possession de votre souhait. Dès que vous l’accepterez comme un fait accompli, le subconscient trouvera les moyens de le réaliser. Pour prier avec succès, vous devez vous abandonner au vœu, c’est-à-dire le sentir réalisé.

L’homme parfaitement discipliné est toujours à l’écoute du souhait accompli.

Il sait que la conscience est la seule et unique réalité, que les idées et les sentiments sont des faits de conscience et sont aussi réels que des objets dans l’espace. Par conséquent, il ne ressent jamais un sentiment qui ne contribue pas à son bonheur, car les sentiments sont la cause des actes et des circonstances de sa vie.

D’autre part, l’homme indiscipliné a du mal à croire ce que ses sens réfutent et accepte ou refuse habituellement uniquement sur les apparences. En raison de cette tendance à s’appuyer sur l’évidence de nos sens, il est nécessaire de les exclure avant de commencer à prier, avant d’essayer de ressentir ce qu’ils nient. A chaque fois que vous êtes dans l’état d’esprit “je voudrais, mais je ne peux pas“, plus vous essayerez, moins vous serez capable de céder à ce souhait. Vous n’attirez jamais ce que vous voulez, mais vous attirez toujours ce que vous êtes conscient d’être.[de ressentir]

La prière est l’art d’assumer le sentiment d’être et d’avoir ce que vous voulez.

Lorsque les sens confirment l’absence de votre souhait, tout effort conscient pour contrecarrer cette suggestion est futile et tend à l’intensifier.

La prière est l’art de céder au souhait et non de le forcer. Chaque fois que votre sentiment est en conflit avec votre souhait, le sentiment sera le vainqueur. Le sentiment dominant s’exprime invariablement. La prière doit être sans effort. En essayant de fixer une attitude d’esprit qui est refusée par les sens, l’effort est fatal.

Pour réussir à réaliser un souhait en tant que fait accompli, vous devez créer un état passif, une sorte de rêverie ou de réflexion méditative semblable au sentiment qui précède le sommeil. Dans un tel état de relaxation, l’esprit est détourné du monde objectif et perçoit facilement la réalité d’un état subjectif. C’est un état dans lequel vous êtes conscient et tout à fait capable de bouger ou d’ouvrir les yeux mais que vous n’avez pas envie de faire. Un moyen facile de créer cet état passif consiste à vous détendre dans un fauteuil confortable ou sur un lit. Si vous êtes sur un lit, couchez-vous sur le dos, la tête au même niveau que votre corps, fermez les yeux et imaginez que vous avez sommeil. Ressentez ceci en vous disant: “Je suis somnolent, tellement somnolent, tellement somnolent“.

En peu de temps, un sentiment lointain accompagné d’une lassitude générale et de la perte de tout désir de bouger vous enveloppe. Vous vous sentez dans un état de repos agréable et confortable et pas enclin à modifier votre position, même si dans d’autres circonstances, vous ne seriez pas du tout à l’aise. Lorsque cet état passif est atteint, imaginez que vous ayez réalisé votre souhait – non pas comment il a été réalisé, mais simplement qu’il s’est réalisé. Imaginez sous forme d’image, ce que vous désirez réaliser dans la vie; alors sentez-vous comme ayant déjà atteint votre objectif. Les pensées peuvent produire de minuscules mouvements de parole qui peuvent être entendus à l’état passif de la prière, comme des déclarations vers l’extérieur. Cependant, ce degré de passivité n’est pas essentiel à la réalisation de vos prières. Tout ce qui est nécessaire est de créer un état passif et de sentir le souhait exaucé.

Tout ce dont vous pouvez éventuellement avoir besoin ou désirer est déjà vôtre. Vous n’avez besoin d’aucun assistant pour vous le délivrer. c’est à vous maintenant. Donnez vie à vos désirs en les imaginant comme étant réalisés. Lorsque le résultat est accepté comme vrai, vous devenez totalement indifférent face à l’idée d’un éventuel échec, car son acceptation sera le moyen d’y parvenir. Lorsque vous sortez de l’acte de la prière, c’est comme si on vous avait montré la fin heureuse et réussie d’une pièce, bien que vous n’ayez pas appris comment atteindre ce but. Cependant, après avoir assisté à la fin, quelle que soit la forme de cette séquence, vous restez calme et sûr de savoir qu’elle a été parfaitement définie.





Chapitre IV - L'Esprit - Le ressenti


“Non par la force, ni par le pouvoir, mais par mon esprit, dit le Seigneur des armées” [Zacharie 4: 6]. Entrez dans l’esprit de l’état désiré en supposant quel serez le vôtre si vous étiez déjà celui que vous voulez être. Lorsque vous capturez le sentiment de l’état recherché, vous êtes libéré de tout effort pour qu’il en soit ainsi, car il en est déjà ainsi. Il y a un sentiment précis associé à chaque idée dans l’esprit de l’homme. Capturez le sentiment associé à votre souhait réalisé en vous supposant déjà en possession de celui-ci et il se réalisera de lui-même.

La foi, c’est le sentiment. Vous n’attirez jamais ce que vous voulez, mais toujours en rapport avec ce que vous pensez être. Et il vous est donné uniquement en fonction de cela. Assumez donc le sentiment qui serait le vôtre si vous étiez déjà en possession de votre souhait, et celui-ci doit se réaliser.

Au lieu de croire en Dieu ou en Jésus, croyez que vous êtes Dieu ou que vous êtes Jésus. “Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que j’accompli” [Jean 14:12] devrait être “Celui qui croit comme je crois aux œuvres que j’accompli, il les fera aussi“. Jésus n’a pas trouvé étrange d’accomplir les œuvres de Dieu, parce qu’il se croyait lui-même être Dieu. “Mon père et moi sommes un” (Jean 10:30). Il est naturel d’accomplir les œuvres de celui que vous croyez être. Vivez donc dans le sentiment d’être celui que vous voulez et vous le serez.
Lorsqu’un homme croit en la valeur des conseils qui lui sont donnés et les applique, il établit en lui-même la réalité du succès.

Neville Goddard

Traduction et adaptation de l'original paru en 1933 par François de Saintonge (Docsavage)



Télécharger ce document au format PDF:
Contenu accessible aux utilisateurs enregistrés
Vous devez être connecté sur ce forum pour voir ce contenu.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire
Répondre