Discussions sur le sujet "Médiumnité"

Les dons médiumniques et leurs applications

Modérateur : Docsavage

Avatar du membre
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 338
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:07
9
Total: 5
Total: 24

Message non lu

Je ne pense pas que ce livre soit une arnaque dans le sens volontaire du terme. Ce qui est encore plus grave !! Le medium, en l'occurrence Jeanne Laval (la plus grande medium du siècle - je cite !) semble de bonne foi mais fait très peu cas de son sens pratique et ne s'aperçoit de rien par rapport aux énormités avancées ! Cela témoigne bien d'une dépendance devenue chronique envers les esprits "faux savants" pourtant bien décrits dans bon nombre d'ouvrages traitant du sujet. D'ailleurs, elle-même fini par se perdre dans la formulation de ses questions qui frisent l'abscons… Je ne parle même pas des réponses qui sont en majeure partie "à coté de la plaque" ou partent en envolées lyriques ridicules.
Merci en tout cas à toi Mella de nous avoir démontré, par cet ouvrage, qu'il est malheureusement certain que le pire peut toujours côtoyer le meilleur donnant ainsi matière aux détracteurs de la philosophie spirite.

PS.: Je connais des entités qui doivent être pliées de "rire" en voyant qu'ils peuvent dominer et manipuler ainsi des mediums aussi peu scrupuleux !
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire
Avatar du membre
Talica
Esprit ouvert
Esprit ouvert
Messages : 45
Enregistré le : jeu. 18 août 2011 13:44
9

Message non lu

Réponse au sujet "Compassion"

Que serait le monde sans compassion ?
La compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active (dico)
La compassion a ne pas confondre avec pitié ou sensibilité (ou empathie) mal gérée.
La compassion est un sentiment de bonté animé de bienveillance.
Si il n’y a pas de compassion, comment comprendre la souffrance de l’autre et l’aider ? Ou trouver les mots pour soulager, si l’on ne partage un tant soit peu sa douleur, si ce n’est dans notre chair au moins dans notre cœur. On ne peut dire a tt personne, lève toi et marche, ceci n’est pas mon problème et si tu t’apitoie sur toi, tu n’avanceras pas, ce qui serait terrible à entendre quand on a mal, d’où la nécessité de comprendre le mal d’autrui et même de le ressentir pour trouver les mots adéquat pour le soulager ou du moins le soutenir dans sa douleur. Si pas de compassion, il n’y a qu’indifférence, ou serait la solidarité, l’aide morale ?
Les bénévoles qui aident aux restos du cœur compatissent et ne portent pas la douleur des sans abris en eux, mais déclenche une aide physique et moral (la chaleur dans la voix, l’écoute etc ..), donner de soi pour atténuer la douleur des autres. Accompagné un mourant ce n’est pas se lamenter sur son sort mais lui tenir la main en l’aidant à exister jusqu’au bout dans la dignité.
Donc vive la compassion pour moi pour un soutien moral et physique adapté a chaque cas car justement cela nous touche.
Avatar du membre
Lara
Esprit lumineux
Esprit lumineux
Messages : 184
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:59
9
Total: 3
Total: 3

Message non lu

Je n'ai pas réussi à en faire un "texte-réponse" donc j'ai repris la pensée de Talica point par point pour y donner la mienne...


Que serait le monde sans compassion ?/Un monde ou l'on laisserait à l'autre la liberté de sortir des expéreinces qu'il a lui même choisies.../La compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active (dico)
La compassion a ne pas confondre avec pitié ou sensibilité (ou empathie) mal gérée.
La compassion est un sentiment de bonté animé de bienveillance. / La compassion est une façon de se mettre à la place de l'autre, pour moi ce n'est pas ça la bienveillance.../Si il n’y a pas de compassion, comment comprendre la souffrance de l’autre et l’aider ?/ la compassion n'est pas un detecteur de souffrance, notre sensibilité par contre l'est!/ Ou trouver les mots pour soulager, si l’on ne partage un tant soit peu sa douleur, si ce n’est dans notre chair au moins dans notre cœur./ " Tant qu'à faire autant vivre aussi son malheur avec lui non? Tiens! Et même à sa place...."/On ne peut dire a tt personne, lève toi et marche, ceci n’est pas mon problème et si tu t’apitoie sur toi, tu n’avanceras pas, ce qui serait terrible à entendre quand on a mal,/ Et que faut il dire? "reste dedans" "je prends ton problème" "plainds toi et tu t'en sortiras"? C'est quand on est au fond qu'on a besoin d'entendre ce qu'on se refuse d'écouter.../d’où la nécessité de comprendre le mal d’autrui et même de le ressentir pour trouver les mots adéquat pour le soulager ou du moins le soutenir dans sa douleur. Si pas de compassion, il n’y a qu’indifférence, ou serait la solidarité, l’aide morale ? /" Pourquoi ne pas garder notre sensibilité propre en tant qu'aide à la détection du mal réel et profond de l'autre? Et rien d'autre."/Les bénévoles qui aident aux restos du cœur compatissent et ne portent pas la douleur des sans abris en eux,/ donc ne compatissent pas/ mais déclenche une aide physique et moral (la chaleur dans la voix, l’écoute etc ..), donner de soi pour atténuer la douleur des autres./"Une fois décelé, même si l'on peut donner des clés, la plus belle chose que l'on puisse faire c'est de laisser la personne découvrir elle même que c'est en elle que se trouvent toutes les solutions."/ Accompagné un mourant ce n’est pas se lamenter/ ni compatir/ sur son sort mais lui tenir la main en l’aidant à exister jusqu’au bout/ ( (ce n'est pas le bout mais pas le sujet non plus :) )/ dans la dignité.
Donc vive la compassion pour moi pour un soutien moral et physique adapté a chaque cas car justement cela nous touche./ Compassion n'est pas adapté pour être un soutien de l'autre, mais pour être un parasite malveillant. Mais une empathie bien gérée est précieuse j'en suis convaincue./
Avatar du membre
Talica
Esprit ouvert
Esprit ouvert
Messages : 45
Enregistré le : jeu. 18 août 2011 13:44
9

Message non lu

:) Je ne vais pas faire du ping pong, je reste sur mes convictions et ne cherche a convaincre personne.

La compassion est incontournable pour les gens qui veulent aider les autres. La compassion est effectivement le fait de ressentir le mal etre des autres mais sans pour autant le garder en soi, juste pour pouvoir comprendre, trouver les mots pour soutenir et guidés au mieux. La compassion n'implique pas la complaisance :wink:

Donc autant de personnes autant de façon de faire pour consoler ou soutenir, moi je prefere les chemins de traverses, plus longs certainement mais plus doux et dans la douleur, qu'avons nous besoin ? De compassion au départ pour pouvoir etre compris ensuite être ecouté et guidé tout en douceur ... :)
Avatar du membre
mystic
Esprit éclairé
Esprit éclairé
Messages : 78
Enregistré le : dim. 21 août 2011 07:08
9

Message non lu

Je me permet de rebondir sur le sujet compassion en tant qu'empathe

l'empathie n'est pas compassion au sens strict du terme, je vais plus loin en disant que compatir à la douleur d'un individu ne va pas l'en défaire ou même le soulager,
au contraire, ça va juste contribuer à l'entretenir.

Pour ressentir la douleur d'un individu il faut être empathe.

Bien que je trouve plus judicieux en tant qu'empathe d'aider à trouver la clef soit même plutot que de la donner directement, il est clair que la porte doit être ouverte par l'individu lui même,
je trouve cela bien plus enrichissant pour son evolution et son bien être
car nous sommes en tout, et, tout est en nous quelque soit notre niveau d'évolution.

(avec tout le respect que j'ai pour les bénévoles des restos du cœur)

Les restos du cœur apportent une aide précieuse c'est indéniable,
mais nous pouvons nous poser la question : est ce que cette aide si précieuse n'entretient-elle pas la détresse de certains ?
En effet ils apportent une aide alimentaire voir financière mais pas une aide pour s'en sortir par soit même malheureusement .

voici un exemple auquel un empathe se retrouve confronté parfois :

Une amie qui pleure sont mari décédé
Dois je m'assoir avec elle et pleurer avec elle ?
Je ressens sa douleur, sa peine, son désarrois, se retrouver seule aprés tant d'années passés ensemble, la vie dure qu'elle a eu a traverser sans connaitre le bonheur d'avoir un enfant, seule, seule, seule à la retraite, tant de projets fait ensemble tant de choses à faire à deux et la tout s'envole en deux mois de temps, tout bascule à cause d'une maladie.
Dois je entretenir ce qui la rends si mal ou dois je l'aider à agir elle même ? bien sur il s'agit d'un malheur, mais ce chemin qui l'a choisi ? (même si c'est dur à entendre)
Les chemins ne se croisent pas sans raisons ni au hasard
Je ne peux pas oter sa peine ni sa douleur, je ne peux pas non plus la vivre à sa place, ni encore moins changer la vie qui est la sienne.
Je ne peux que l'aider à découvrir les clefs qui sont en elle, lui diffuser ce que j'ai de meilleur, et simplement l'accompagner dans ce que j'appelle moi son "travail à faire sur elle même" il n'y a que comme cela qu'elle s'en trouvera grandie.

pour un empathe se complaire dans la simple compassion reviendrait à dire "surcharge émotionnelle" "perte de sa personnalité" "et non reconnaissance de soi" .

il ne s'agit là que de mon point de vue d'empathe
Avatar du membre
Lara
Esprit lumineux
Esprit lumineux
Messages : 184
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:59
9
Total: 3
Total: 3

Message non lu

C'est une sensation de chute libre qui provoque le réveil (comme si vous retombiez brusquement dans votre corps)
S'en suit une confusion spatio-temporelle (où je suis ? quelle heure ? quel jour sommes nous ?)
dans certains cas on oublie même que l'on s'est couché ou les activités qui ont précédées la sieste.
Puis la confusion mentale le moment ou l'on reste hébété avec une sensation de n'avoir pas réintégré parfaitement sont corps et d'être à cheval sur deux réalités.
C'est aussi ce que l'on dit de "l'atterrissage" après un voyage astral.... Est ce que le prémonitoire vient de l'astral? ou rien à voir?
Avatar du membre
Octopussy
Esprit lumineux
Esprit lumineux
Messages : 170
Enregistré le : lun. 15 août 2011 22:28
9
Total: 17
Total: 6

Message non lu

Je me demandais si pour certains mediums psychographes , un peu comme pour les auditifs il n'y aurait pas des "signes précurseurs " : des doigts ,une main ou un bras qui tremblerait.....avant le passage à l’écriture............
Modifié en dernier par Octopussy le mer. 27 juin 2018 10:45, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 338
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:07
9
Total: 5
Total: 24

Message non lu

Il s'agit en fait souvent d'une sorte de décalage entre la volonté propre à l'individu et la "prise de possession" du membre par l'Esprit désirant communiquer. Il n'y a là rien de bien inquiétant dans la mesure où nous sommes habitués à être les maîtres de nos mouvements. Dès qu'il y a intervention exterieure, le reflexe de reprise de contôle crée ce genre de manifestation. Avec l'expérience, ces manifestations cessent.
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire
Avatar du membre
Talica
Esprit ouvert
Esprit ouvert
Messages : 45
Enregistré le : jeu. 18 août 2011 13:44
9

Message non lu

Par rapport au sujet de l'égo :
Il est souhaitable que chacun d'entre nous reconnaissent en soi la sphère des émotions et des pulsions égotiques qui ne sont qu'entraves à notre avancement. L'admettre comme une force concrète. L'être humain éprouve souvent une certaine facilité, plaisir aux simples contacts de concepts philosophiques. Ce n'est qu'un jeu de plus de l'égo qui savoure sa puissance intellectuelle. Le corps de nos émotions n'est pas une "idée". Je pense qu'il faut plutot "sentir" sur soi les implications de nos émotions dans notre existence. Malheureusemment certains ésotéristes ne font pas la différence et ceux disent "être sur la bonne voie".
Avatar du membre
Docsavage
Administrateur du site
Messages : 338
Enregistré le : dim. 14 août 2011 14:07
9
Total: 5
Total: 24

Message non lu

Il est surtout souhaitable que chacun de nous sache ce qu'il a à faire selon son chemin de Vie. Aucun de nous n'est semblable à un autre. Ce qui est bon pour nous peut être mauvais pour un autre et vise versa. Prendre l'ego comme une entité à part entière ayant une puissance en elle-même revient à confondre la cause et l'effet et lui donner un rôle autonome. Ceci dit, pas assez d'ego est aussi dommageable que d'en avoir trop ! Nous ne sommes pas forcément venus "ici" pour effacer notre personnalité ou la diluer au gré de la volonté des uns ou des autres. Maintenant il en va aussi du "jeu" des propositions que nous sommes prêt à accepter ou pas. Cela engagera alors nos responsabilités respectives. "On ne peut rien me proposer que je ne soit prêt à accepter".
"Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" Voltaire
Répondre